Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 11:50

<!-- saved from url=(0022)http://internet.e-mail --><div align="center"></div>

Si la levée de la malédiction des Tremeres sur les enfants d’Haqim exacerbe la terreur des membres les plus jeunes de la Camarilla, le récent Schisme du clan est perçu comme une chance à saisir pour les plus avisés de la secte. Les attaques du Sabbat étant plus rudes que jamais, les signes de la Géhenne imminente se faisant de plus en plus évidents, la Camarilla cherche à se renforcer pour perdurer. Leurs coutumes dont celle concernant la vitae, n'était pour beaucoup d'Assamites qu'une légende mais beaucoup depuis leur libération de cette malédiction ont du mal à se maîtriser. Les guerriers sont souvent soupçonnés de pratiquer cette diablerie tant crainte, mais la vérité est difficile à établir.

L’abstinence de sang vampirique a été rude sur la caste des guerriers et les effets du rituel Baali ressurgissent renforcés. Les plus jeunes guerriers du clan y succombent sans grande résistance. Beaucoup de morts ultimes leur sont désormais attribués, toutefois la vérité de leur origine est difficile à établir. Comme tout Assamite évoluant loin du sanctuaire d’Alamut, ceux résidant au sein du Royaume-Uni ont un caractère bien trempé. Ils sont peu nombreux à y demeurer en permanence, la plupart n’étant que de passage. Cependant, l’Angleterre les intéresse à double titre. Leur créateur n’y aurait-il pas fait sa dernière apparition auprès de Mithras ? Le clan Ventrue n’y livre-t-il pas une guerre farouche au clan Tremere, sachant tout ce que ce dernier représente pour les enfants d’Haqim ? Aussi le clan a-t-il envoyé des membres éminents le représenter.

Depuis la Cassure, les Assamites se présentent souvent à visage découvert, suivant en cela l’exemple de la Princesse de York, Sakan Singh, de la caste des Vizirs, alors même que Mithras l’avait « exposée » comme son infant. La plupart des membres du clan évolueront dans cette ville plutôt que dans la capitale. Pourtant, dès la fin du Moyen-Âge, Mithras leur a permis un libre accès à Londres pour des raisons bien évidentes. Lady Anne continue de respecter ce droit à la condition que les traditions et les principes de la Camarilla soient respectés. Aussi les Assamites redoublent-ils de prudence avec tout contrat dans Londres, prudence renforcée par le probable entré des Schismatiques au sein de la secte. Dans l’ombre de la Princesse de York se trouve Rodrigo Diaz de Vivar entré dans l’Histoire sous le nom du Cid Campeador et redouté par les Caïnites de Grande-Bretagne. Les soupçons ont toujours pesé, et ce, peu après son arrivée au XIIIème siècle. Bons nombres de complots visant les Assamites et leurs alliés sont supposés avoir échoué grâce à l’intervention de ce combattant notoire. Toutefois, aucune preuve ne vient étayer cette rumeur. Personne n’a jamais vu et jamais rapporté un acte guerrier de Diaz au cours de sa non-vie, ce qui n’est pas pour rassurer. Certains voient tout de même son ombre derrière le Hunt Club.

Le clan Tremere a intensifié la recherche des Sorciers Assamites et de leur chef Tayyib ar-Rashid, depuis la révélation des filiations de Sakan et de Diaz. Profitant du trouble causé par cet aveu sur leurs alliances, il a pu porter un sérieux coup à Londres en éliminant deux éminents Sorciers et trois descendants de Diaz en une nuit. Si les Ventrues manquent soi-disant de preuves pour réagir, les Enfants d'Haqim n'ont aucun doute et sentent le venin de leurs ennemis...

La situation actuelle est donc particulièrement délicate pour les résidents Assamites. Ils sont affaiblis, intérieurement à cause du Schisme, et extérieurement car les résidents ont révélé leur filiation. Aussi resserrent-ils les rangs et cherchent-ils à tisser de nouvelles alliances. Il reste au clan des arguments de poids. La ville de York est leur nid et personne n’ose encore contester le titre de Sakan, et affronter Diaz et Tayyib.

 

Camarilla

Brujahs : Ils n'ont rien de la noblesse des Brujahs d'autres pays. Le peu d'ancien non iconoclaste méritent notre respect. Ce clan a beaucoup souffert dans les luttes qui se déroulent en ville, nous ne ferons pas les mêmes erreurs. Dans tous les cas ils ne sont pas plus fiables que les Malkaviens alors évitons les associations…

Malkaviens : Ils ne méritent pas notre confiance, nous ne leur ferons aucun mal mais les traîtres ne méritent pas la pitié même ceux qui trahissent nos ennemis. De plus il n'est pas impossible qu'ils simulent ce retournement de situation.

Nosfératus : Leurs difformités sont une sentence divine pour indiquer qu'ils ne sont pas dignes de confiance. Dans certains pays il y en a des a peu prés fiables, mai ici ils ne valent même pas la merde dans lesquels ils sont étreints…

Toréadors : Leur dévouement aux arts est admirable, tout autant que leur loyauté à la camarilla. Mais cette indépendance me laisse suspicieux... Les neutres sont bien plus à surveiller que les assaillants. Dans tous les cas il est clair qu'ils tirent un bénéfice de cette soit disant neutralité.

Tremeres : Ils ont voulut des amis et nous ont maudit, mais ils n'avaient pas pensé qu’ils nous retrouveront en se faisant repousser par leurs "amis". Dans tous les cas les Shaïtans ne méritent qu'une mort longue et douloureuse...

Ventrue : Certains de leurs membres méritent notre respect, mais ils alourdissent leur fardeau avec des traditions qu’eux seuls respectent. Ils deviennent des chiens de guerre politique occupé à distraire notre gibier, peut ont les considérer comme des alliés ?

 

Sabbat

Lasombras : Certains sont avec nous d'autres contres nous mais dans tous les cas, ils ne méritent aucune confiance. Respecte les pour leurs qualités mais cela reste des ennemis. Depuis quelques années je ressens des bras de ténèbres étouffer la Grande-Bretagne mais elles restent impalpables…

Tzimisces : Ce sont des abominations, ils sont tout aussi inhumains que les Baali et il faut les respecter avec la même attention. Ils détestent les Tremeres donc nous attendront qu'ils aient supprimé les sorciers si c’est leur but premier…

 

Indépendants

Disciples de Seth : Nous les détestons mais il nous faut connaître leurs projets. Nous avons ordre de ne rien faire à leur encontre pour l'instant.

Gangrels : Autant les Nosfératus sont détestables ici, que les Gangrels sont respectables. Ils ont abandonné leur bestialité et c'est tout à leur honneur. Ce qui est inquiétant est qu'ils quittent la camarilla, je serais curieux d'en connaître la raison... la vrai...

Giovanni : Ils ont acquis l'immortalité en prenant la vie d'un cappadocien très érudit est ce, comme les Tremeres. Ils sont tout aussi détestables, et les nécrophiles sont gourmands, il faut les garder à l'œil, les ventrues ne sont pas assez vigilants...

 

Rodrigo Diaz

Tueur de l’Ombre, le vizir des justes.

Sire : Thetmes

Statut : Ancien
Fonction : Prince de York

Génération : 5e
Nature : Conformiste

Attitude : Juge

Description : Rodrigo Diaz de Vivar porte la légende du Cid Campeador sur ses épaules. D'âge mûr, grand et musclé, il affiche fièrement ses traits hispaniques ainsi qu'une longue chevelure ondulée d'un noir profond et son teint est devenu mat après tant de siècles mais son occultation lui permet de garder un teint « naturel ». Soutenu par sa foi en l'Islam, il se révèle intraitable lorsqu'il rend la justice sous le titre de da'i des Justes.
Historique : Rodrigo Diaz dit le Cid Campeador est né en 1043 à Vivar près de Burgos. Fils de don Diego Láinez, il est élevé avec le Roi de Castille Sanche II et en devint le capitaine. Sanche décéda lors du siège de son frère Alphonse VI de Léon à Zamora en 1072. La couronne de Castille revint à ce dernier et le Cid lui prêta hommage, non sans avoir reçu de lui le serment d’avoir été étranger au meurtre de Sanche. Rodrigue épousa en 1074 doña Jimena, cousine du roi et fille du comte d’Oviedo.

 

Il fût de plus en plus conscient que la culture mauresque était, par bien des aspects, la civilisation la plus avancée au monde. Dans les frontières de l’Andalousie existait un âge d‘or de l’érudition, de la science, de l’art, de l’architecture et de la tolérance religieuse. L’Ibérie sous domination mauresque produisait des œuvres d’art, des connaissances scientifiques et philosophiques qui ont des siècles d’avance sur le reste de l’Europe. Elle faisait également coexister des musulmans, des juifs et des chrétiens sous l’égide de ceux qui portent les paroles du prophète dans les terres les plus à l’ouest de l’Europe.

 

Les Lasombras ne résistèrent pas à l’envie d’utiliser Rodrigue comme un de leur principal pion et en ont fait, à son insu les premiers temps, l’une de leur goule. Les intrigues politiques conduisirent à son bannissement de la Castille en 1081. Accompagné de 300 chevaliers fidèles, il offrit ses services au roi maure de Saragosse, Al-Muqtadir, pour lutter contre le roi maure de Valence, soutenu par les Catalans. Il acquît alors une grande réputation parmi les soldats musulmans, qui l’appelaient Sïdi (mon seigneur), de là son surnom. Cette renommée lui permit de se libérer du joug des Lasombras grâce à l’intervention des Assamites. Après diverses vicissitudes, il s’empara en 1094 de Valence où il régna jusqu’à « sa mort » en 1099. L’âge n’ayant plus d’emprise, il était temps pour lui de disparaître. Dans l’ombre, il soutint Doña Jimena face aux Almoravides jusqu’à ce qu’elle se retire en Castille. Sa fidélité se tourna alors vers le clan Assamite. De sa vie, reste le symbole de la Reconquête sur les Maures, mais surtout celui de la fidélité vassalique interdisant de porter les armes contre un suzerain même injuste.

 

Il sera étreint plus tard par Thetmes, l'un des plus éminents membres de la caste guerrière Assamite, pour ne reparaître qu'au XIIIème siècle à la cour de Mithras accompagné de Tayyib ar-Rashid. Depuis il a joué le rôle de protecteur de Mithras et de Tayyib ar-Rashid puis de Sakan Singh, laissant planer le doute sur son clan… Même au plus fort de la guerre entre son clan et les Ventrues, il a été fidèle au Prince de Londres. Son efficacité mais surtout cette fidélité sont telles qu’il devint un instrument indispensable. L'arrivée de Sakan a permis à Diaz "de poser ses armes" et à se laisser aller à des pensées plus philosophiques. Il a réaffirmé sa foi et ses convictions islamiques, se laissant même convaincre par certaines thèses de la jeune érudite. Sakan lui paraît comme un esprit hautement éclairé, lui dispensant des enseignements sur l'Ashirra et l'Islam, même si certaines de ses positions vont trop loin à son goût, ou trop vite...

 

Le Schisme lui a posé un réel cas de conscience entre deux fidélités à honorer, celle envers sa foi et celle envers l'Aîné, inconciliables depuis le réveil d'ur-Shulgi. Depuis l'attaque contre les Sorciers Assamites de Londres, Diaz s'était réfugié à York. Ce n'est que récemment qu'il s'est de nouveau installé dans la capitale.

 

Notes : Diaz s'est reproché la disparition de Mithras qui est un affront à son devoir. Le Schisme a également ébranlé son impassibilité. Il ne s’était pas encore positionné et savait pertinemment qu’il ne pourrait y échapper encore longtemps. La fidélité légendaire du Cid a atteint ses limites déjà une fois par le passé... Aussi prenait-il de plus en plus de recul songeant à la quiétude de la torpeur. L'attaque de la Fondation des Sorciers Assamites de Londres et la découverte d'une probable traîtrise au sein même du clan ont galvanisé un Cid proche de la torpeur. Diaz, averti par un Caïnite non identifié, est arrivé alors que la Fondation brûler. Il a pu sauver Una Mc Auley, en torpeur et qui semblait pourtant être protégée puissamment contre les flammes. Il a préféré la sécurité de York pour se reposer et placer la Sorcière à l'abri, gardant le secret sur ce sauvetage inespéré. Au bout de quelques mois, il s'est mis à la recherche des responsables avec l'aide des plus Anciens du clan. Alors que tout portait à croire qu'il s'agissait d'une campagne agressive Tremere, il a commencé à faire des rêves étranges et est persuadé qu'Una communique avec lui par ce moyen. Il a acquis la certitude que la Fondation Londonienne a été trahie de l'intérieur. Ses rêves le mettent en garde contre Tayyib ar-Rashid, mais il n'ose y croire. Il attend patiemment un signe ou que Una MacAuley sorte de sa transe afin de connaître la vérité. Alors il frappera juste et sans faillir, honorant son titre de da'i des Justes...

 

Il n’a rien à voir avec la création du Hunt Club, bien que les rumeurs l'en accusent. Et il a découverte d'une missive de Mithras dans un ancien refuge du Prince, prévoyant l'attaque imminente des Tremeres sur sa personne.

 

Sakan Singh

Princesse de York

Sire : Tegyrius

Statut : Ancienne
Fonction : Princesse de York

Génération : 6e
Nature : Perfectionniste

Attitude : Traditionaliste

Description : Originaire du Cachemire, Sakan Singh est une hindoue d'une vingtaine d'années que Mithras présenta comme son infant au XIXème siècle. Avec l'aide de ce dernier et en quelques années seulement, elle parvint à devenir la Princesse de York, l'une des principales villes d'Angleterre. Elle a révélé son appartenance aux Enfants d'Haqim en 1999 et prône l'entrée des Schismatiques Assamites au sein de la Camarilla. Nul ne semble contester le leadership de la jeune Vizir sur le clan en Grande-Bretagne. Fine, à la peau mate portant de longs cheveux noirs, elle abandonne ses vêtements traditionnels pour adopter un tailleur Chanel très conventionnel lorsque les circonstances l'exigent. La mesure guide ses décisions comme ses actions, ce qui la place en retrait dans toute confrontation avec les autres Caïnites. Nombreux sont ses adversaires à s'enorgueillir et donc à la sous-estimer.

Historique : Fille aînée de Ranjit Singh, Maharadjah des Sikhs du Cachemire, Sakan a vécu ses vingt premières années sous la conquête de l’Inde par l’empire britannique au XVIIème siècle. A la croisée des courants religieux et philosophiques, elle montra beaucoup de curiosité et d’aptitudes dans ces domaines.

 

Lors de son vingtième anniversaire, elle fut enlevée par un membre du clan Assamite afin d’échanger sa liberté contre une action armée du Cachemire sur l’empire britannique. C’était en pure perte, les rapports de force étant disproportionnés. Sakan se montra curieuse des motivations de son ravisseur et, à la grande surprise de ce dernier, discuta de l’inutilité d’une telle entreprise plutôt que se soucier de son propre sort. Le guerrier en référa à un vizir, qui admit la justesse de ses opinions. C’est ainsi qu’elle entra aux services du clan.

 

Elle reçut l’étreinte de Tegyrius, un des seuls mâles du clan mesurant tout le potentiel de la jeune hindoue. Dans les salons de lecture de la bibliothèque d’Alamut, elle développa des thèses pour le moins irritantes sur les enfants d’Haqim et le Fondateur, d’autant plus irritantes qu’elle était une femme. Son Sire l’éloigna en l’envoyant en Angleterre pour assister ses frères de sang dans leur recherche, sans grand succès jusqu’alors, de renseignements sur l’Unique.

 

Sakan surprit d’emblée Mithras par ce caractère peu commun pour un observateur étranger au clan Assamite et par sa liberté d’esprit contrairement aux personnalités présentes en Angleterre depuis plus de 500 ans. Elle rassembla toutes les données recueillies par ses pairs, témoignages mais également objets. Les investigations devaient porter aussi bien sur les terrains physique et magique que sur le plan intellectuel. Diaz se laissa tenter par quelques discussions religieuses et philosophiques. Sakan, d’une grande aisance pour son jeune âge, ébranla quelques fondements moraux et intellectuels établis chez lui. A l’inverse, elle s’attira rapidement l’inimitié de Tayyib ar-Rashid, peu enclin à écouter un point de vue féminin.

 

Avec l’appui de Mithras, elle établit un commerce d’objets d’art lui permettant de mener ses recherches, mais également de financer les travaux des Sorciers, et a posteriori, d’influer sur la société mortelle. Le Prince de Londres pouvait alors la présenter comme son infant et l'aider à prendre le trône de York. Cela ne plût pas à tout le monde et en premier lieu à certains membres du clan Ventrue. Diaz déjoua de nombreux complots à l’époque visant au mieux à la destituer, au pire à l’éliminer. Sa réputation de tueur de l’ombre en ressortit grandie, ne laissant désormais planer que peu de doutes sur ses origines.

 

Sakan attira l’attention des Sœurs d’Erinyes auxquelles elle finit par se joindre. Avec la Cassure, la Princesse de York a levé le voile sur son véritable clan et a ouvertement déclaré son appartenance aux Schismatiques. Cela n’a pas été sans conséquence, un terrible incendie élimina deux éminents Sorciers et trois descendants de Diaz. Les Investigations accusent le clan Tremere mais aucune preuve ne vient les étayer. Depuis, Diaz laisse souvent York au profit de Londres, pour des affaires bien mystérieuses. Aussi met-elle toute son énergie à sauver ce qui peut encore l'être et à tisser de nouvelles alliances.

 

Omar

Le Silencieux

Sire : Rodrigo Diaz

Statut : Ancien
Fonction : Ambassadeur Assamite

Génération : 6e
Nature : Visionnaire

Attitude : Traditionaliste

Fonction : Représentant des Assamites à Londres. Mais il organise aussi le « sale » travail tel que validé ou non des « contrats » il centralise les informations concernant ses frères de clan.

Age : 60 ou approchant
Génération : 6e
Description : On le surnomme le silencieux, par parce qu'il ne parle pas beaucoup (ce qui est tout de même vrai), mais parce qu'aucunes de ses adversaires ne l'a jamais vu venir et que ce soit en politique qu'en combat chose qu'il déteste. Jamais rien entendu, ni les personnes chargées de la protéger. Il est un maître dans la discrétion mais aussi mentor sans fatigue prêt à aider ses frères musulmans et ce peu importe le clan. Omar est un vieux malien à la peau très noire et portant les tenues traditionnelles obsolètes marquant son incapacité à s’adapter à ce siècle ou le laissant croire… Il est rarement sans sa canne et son coran en main qu’il consulte très souvent et on le soupçonne de le lire pour provoquer ceux qui lui parlent dans le but de les déstabiliser. Très maigre à la peau détendue il est de faible corpulence.

Historique : Omar le Silencieux, et le représentant officiel du clan au primogénat de Londres, il n'est pas Primogène mais conseillé et a était adopté par la Caste des Vizirs ce qui lui vaux une méfiance de nombreux guerriers du clan. Omar se montre actuellement beaucoup dans Londres. En fait pour son enquête il espère faire bouger les vampires, leur faire peur. Il se risque parfois de parler de la disparition de Mithras, espérant provoquer une erreur des responsables. Il a aussi beaucoup de contact avec les Nosfératus. Il semble avoir une obsession théologique liée à la politique. Tout pour lui est déjà écrit le Coran est toujours d'actualité et il prend ces décisions qu'après plusieurs nuits d'études de son livre sacré.

 

Tayyib ar-Rashid

Celui qui marche avec les livres

Sire : Qadir an-Nasih

Statut : Peu Connu à Londres
Fonction : Eminent sorcier

Génération : 7e
Nature : Passionné

Attitude : Grincheux

Description : Les premières apparitions de Tayyib ar-Rashid à Londres remontent au début du XXème siècle, mais certaines rumeurs font état d'une présence beaucoup plus ancienne. Il s'est souvent montré au Primogénat de York lors du siècle dernier, renforçant l'idée que cette ville était un bastion Assamite. Il semble détenir certains savoirs propres à son clan, qui ne sont pas très au goût des membres du clan Tremere. Très élancé et d'une peau couleur d'ébène, Tayyib est, et c'est le moins que l'on puisse dire, très secret. Son regard, comme sa physionomie laisse transparaître sa dureté de caractère. Il utilise toujours l'arabe moderne pour communiquer. Il peut recourir à un parfait anglais si nécessaire, sans le moindre accent, mais son interlocuteur est alors immanquablement traité en inférieur.

Historique : Tayyib ar-Rashid passa sa vie au contact des livres. Il était traducteur à Bagdad, capitale d'un Empire abbaside en déclin. Transcrire les parchemins grecs, araméens et hébraïques en arabe était sa vocation et sa profession. Tayyib apprenait les langages avec une facilité déconcertante, faisant de lui un scribe très recherché. Au sein de la prestigieuse Maison de la Sagesse, ses mains ont vu passer de rares ouvrages condamnés à disparaître dans les vicissitudes de l'histoire.

Les années s'envolèrent alors que les textes s'empilaient dans de sombres alcôves. C'est alors qu'une nuit, Tayyib remarqua la trame commune aux plus secrets des livres qu'il avait traduits. Des mots sans signification précise (et pourtant essentiels) apparaissaient, disparaissaient, changeaient et réapparaissaient tout au long des textes les plus anciens de la Chaldée. Le lien qui unissait ces mots était tenu mais Tayyib découvrit la clef linguistique dans les derniers travaux de Salomon. Enfin les mots prenaient un sens, révélant toute leur puissance.

Il ne fallait pas se précipiter, Tayyib savait que le pouvoir demande du temps (de la sagesse disent certains) pour ne pas être consumer. Un soir, un homme vînt à lui. Qadir an-Nasih était son nom mais il n'était pas humain. Un malaki - ange - ou un shaitani - démon - peut-être et une seule certitude dès le premier regard, la vie de Tayyib allait changer. Ses talents linguistiques devaient être préservés de l'usure du temps. Il avait longtemps oeuvré pour le clan Assamite et Qadir était là pour le récompenser. Ainsi Tayyib entra directement aux services du sorcier, et son apprentissage commença.

Dans les bibliothèques et les laboratoires d'Alamut, Tayyib développa son art pour les Arcanes. Mais il faisait des envieux, il le sentait, il le savait. Il ne fut pas surpris lorsqu'on lui ordonna de partir dans une contrée lointaine et barbare afin d'y recueillir les indices sur l'Unique. L'écarter des livres et du savoir n'a rien d'une récompense.

Accompagné d'un membre de la caste guerrière chargé de sa protection, il débarqua sur cette île froide. Tayyib laissa volontiers son protecteur, aux codes moraux si réducteurs, parlementer de leur mission avec les Caïnites inférieurs. Commença alors la longue investigation de ces terres étranges à la recherche d'indices sur le Fondateur.

La Magie imprégnait certaines des provinces, une magie toute particulière avec des créatures l'étant bien plus encore. Mais elles étaient néanmoins dangereuses, et son protecteur montra qu'il avait au moins le mérite d'être un combattant valable. En échange de quoi, il lui accorda la faveur de tenir profil bas vis-à-vis des Caïnites qui assiégeaient le clan en Orient. Una Mc Auley fut une expérience presque réussie. Tayyib analysa l'origine de cette magie mais ne pu se l'approprier. Pour ne pas se mettre à dos son protecteur, il se contenta de faire d'Una son infant et, alors dénuée de tous ses dons, s'en désintéressa un siècle plus tard.

Les Tremeres, et leur perpétuel conflit avec les Ventrues, offraient un spectacle plus intéressant. Comment ces Magiciens avaient-ils réussis à lancer une telle malédiction? Quelle était la source de leur pouvoir? Des questions plus utiles que la provenance d'une magie onirique, somme toute bien peu attrayante. Et puis il y avait sa découverte sur les plus noirs des livres du temps où il respirait encore. Il lui fallait persévérer vers le pouvoir. Comme si la situation n'était déjà pas assez insupportable sur ces terres barbares, voilà qu'on imposait une jeune vizir à la tête du clan... Au moins cela eut le mérite de l'éloigner de Londres et d'avoir davantage de moyens pour ses recherches.

Le XXème siècle apporta son lot de vicissitudes; les guerres, les génocides... et la disparition de Mithras, remplacé par Lady Anne. Les femmes seront à l'honneur au cours de ce siècle. Una Mc Auley, se sentant poussée des ailes, lance ses propres recherches au sein même de la capitale. Son entreprise prend de l'ampleur lorsque, contre toute attente, elle reçoit l'aide d'un nouveau vizir, Ogier d'Argouge.

Pendant ce temps, Tayyib poursuit ses travaux et ose prononcer un nom. Son existence bascule définitivement et son pouvoir augmente. Grâce à ses nouveaux dons, il fit sien le propre élève d'Una. Pourtant, le danger se révèle pleinement lorsqu'elle prétendit un contact avec le Fondateur. Ce ne pouvait être possible, une telle faveur ne pouvait être destinée à cette infidèle. Tayyib a donc préparé l'attaque de la Fondation de Londres. Une fois celle-ci tombée, Una et Ogier rayés des mémoires, il lui était simple de manipuler Diaz et Sakan pour faire croire à une campagne Tremere. Il débarquera bientôt à Londres pour s'approprier le leadership du clan, enfin trouver le Fondateur et prendre son pouvoir et son Sang… C’est dans les voies infernales qu’il marche enorgueillit par l’âge et l’expérience.

 

Una Mc Auley

L’Emissaire des rêves

Sire : Tayyib ar-Rashid

Statut : Aucun à Londres
Fonction : Sorcière Assamite

Génération : 8e
Nature : Martyre

Attitude : Visionnaire

Description : Alors que l'Irlande était encore un pays libre il y a des centaines d'années, Una Mc Auley prodiguait ses conseils en échange de la protection bienveillante des gens de son village. Qui l'a entraînée dans le Monde des Ténèbres est un mystère. Toujours est-il que sa présence discrète a été remarquée dès le XIXème siècle à Londres. Elle est supposée suivre la cause Anarch, mais rien n'est moins sûr. Depuis quelques années, personne ne l'a vu réapparaître en public. Ses cheveux pratiquement rouges provoquent un grand contraste avec son teint blafard. Du haut de ses 30 ans, elle a des formes féminines plutôt généreuses et son caractère ombrageux est malgré tout loin de rivaliser avec celui des iconoclastes locaux.

Historique : Una Mc Auley a apprit à manier le pouvoir des superstitions et des légendes de l'Irlande. Mais avant tout, elle était maudite. Depuis son enfance, elle voyait ce qui était interdit aux yeux des autres. Elle ressentait la présence d'êtres surnaturels et pouvait même leur parler. Elle était souillée mais suffisamment sage pour distiller ses conseils en échange de sa tranquillité.

Cela dura 30 ans. Vinrent alors deux visiteurs sur les terres; deux étrangers en quête de savoir pour les villageois, mais pour elle deux messagers de la mort. Ils ne mirent pas longtemps à avoir vent de sa malédiction et à la trouver. Lorsque le premier entra, elle fût subjuguée. Il était certes agréable à regarder mais surtout il émanait de cet être une grande Noblesse... d'âme! Quel paradoxe pour un Démon… Si le premier la fascina, le second la terrifia. Le plus érudit des deux, mais également le plus impatient, semblait excité. Elle ne pu lutter lorsqu'il lui demanda de les suivre. Comme elle savait qu'elle n'aurait pas la force de résister au Démon… Après tout, n'en portait-elle pas la marque? Elle était promise aux Ténèbres qu'ils lui offraient, c'était écrit et elle les suivit.

Elle découvrît rapidement leurs terrifiants pouvoirs et l'effroyable efficacité de ces prédateurs. Si le plus âgé profanait son âme par son regard et son sang, son salut venait de celui qu'il nommait "Sidi". Lui seul prenait la peine de lui adresser la parole et de lui seul vint la vérité. Il était son soutien, son protecteur et celui de Tayyib veillant aux dangers extérieurs comme à ceux tapis au fond de son âme. Eh oui, Sidi était un démon avec une âme...

Des décennies furent nécessaires à Tayyib pour comprendre le don qui liait Una au monde des rêves, mais il ne pouvait se l'approprier. Cela était impossible, aussi l'entraîna-t-il vers la damnation éternelle. Il fit d'elle son infant pour préserver son don au sein du clan, mais espérant secrètement briser ce qu'il ne pouvait posséder. Peine perdue... Una arrivait toujours à se connecter au monde onirique, mais ne s'en vanta guère. Tayyib se montra un piètre et cruel professeur, mais peu importait à Una. Sidi était son guide, celui qui lui avait montré la voie et son salut. Vint enfin le moment où son Sire se lassa de son jouet. Deux cents ans étaient passés, son pays et le monde avaient changé. C'était le temps de la découverte et elle choisit de s'établir à Londres. Peu de Caïnites s'intéressait à elle et elle était tout aussi indifférente à leur égard. Sakan foula le sol de Grande-Bretagne et Sorcha rejoignit le monde des Ténèbres. Ce fut l'époque des possibilités. Sakan lui permît de faire ce pour quoi elle était douée, rêver. Sorcha était son ancre vers la réalité... et Sidi son guide de toujours.

Et l'incroyable se produisit! Le Fondateur lui parla dans ses rêves, à elle, Una Mc Auley, l'irlandaise chrétienne de basse extraction. Impensable! Sakan, Diaz et Tayyib étaient en émoi, contenant difficilement le secret d'une telle révélation... jusqu'à ce que l'espoir se brise... jusqu'à ce que le rêve parte en fumée... Una n'est pas morte durant l'incendie et fût sauvée in extremis par l'intervention de Diaz. Depuis des mois, elle est en transe, dans une sorte de torpeur, ne communiquant pas... enfin peut-être pas... Diaz, depuis son retour dans la capitale, l'a placé dans un de ses refuges les plus sûrs à Londres, et attend la nuit où elle se réveillera enfin afin de frapper "juste".

 

Tadek « le Souriant » Taleb

"Le Sorcier Souriant"

Sire : Sayyar

Statut : Ancilla
Fonction : Substitut aux sorciers Tremeres

Génération : 9e
Nature : Survivant

Attitude : Optimiste

Description : Un jeune homme d’origine égyptienne à peine sortit de l’adolescence. Il arbore en toutes conséquences un sourire qui dérange beaucoup. Il est habillé en général de façon contemporaine mais arbore en général des fétiches orientaux ne dissimulant pas  voir exhibant son orientation vers l’occultisme une provocation envers le clan Tremere.

Plus qu'un Tremeres ces connaissances en sorcellerie.

Historique : Hors du commun très tôt il a compris la facilité qu’il avait d’arnaquer et de se faire passer pour ce qu’il n’est pas auprès de ces « clients ». C’est en travaillant pour un ermite dans le sud du Caire qu’il a découvert une passion pour l’occultisme… mais plus comme un moyen d’arnaquer en plus les anglais occupant son pays qu’un véritable attrait pour le surnaturel. Mais ses recherches d’ouvrages pour l’ermite attirèrent l’attention des Assamites. Prenant son sire potentiel pour un touriste juif, il le baratina comme il en avait l’habitude… Mas le poisson était plus gros que Tadek le pensait et il le découvrit bien trop tard… Il gagna des vacances toutes payées à Alamut ou il comprit dans quelle situation il s’était mit. Il s’intéressa donc à l’occultisme comme tout bon sorcier mais ne demanda pas deux fois son reste quand il fut autorisé à partir ce que peu de sorcier font en général… Et c’est vers Londres qu’il se dirigea voyant cette ville comme un paradis pour un jeune égyptien souriant. L’accueil fut on ne plus froid et il se réfugia auprès de Diaz après une « entourloupe » a un ventrue. Depuis il s’est quelque peu calmé bien que son instinct de survivant ne soit pas endormi. Il a capturé un Tremeres avec l'aide d'Omar, et le torture pour lui soutirer des informations sur la Thaumaturgie. S’il ne maîtrise que la Sorcellerie Assamite ses travaux plus « hermétique » lui ont permis de comprendre les fondements de la sorcellerie Tremere. Il vous par « nécessité » une haine aux Tremeres mais il ne fait pas au fond de lui de grande différence entre eux et les autres non-Assamites. Il découvre à peine la religion musulmane et à choisit par intérêt de s’aligner avec les Schismatiques.

 

Malik Abdul Rahmann

Le Traqueur de Serpents

Sire : Hillal

Statut : Sans
Fonction : Guerrier omniprésent à Londres

Génération : 10e
Nature : Monstre

Attitude : Juge

Description : Loin de suivre la voie du Sang mais tout aussi loin de suivre la voie de l’humanité, il a épousé la voie de la nuit chose assez rare dans ce clan bien que cela ne dénote que peu avec l’image que l’ont peu avoir des Assamites. Le visage légèrement asymétrique un nez protubérant et des lèvres très fine presque inexistante.

Historique : Guerrier Assamite qui préfère le titre de Juge, il a la réputation de traquer le serpent dans son vivier. Il est d'origine algérienne ancien militaire avec son frère jumeau Arif qui était son supérieur. Malik n'avait pas de prédisposition au pouvoir comme son frère mais le destin (et les séthites) en on choisit différemment. Malik a rejoins le nid de l'Aigle pour suivre un enseignement, et son frère fut recruté par les Serpents, pour il ne sait qu'elle raison. Il a finalement entendu parler de la présence d’un autre « abdul Rahmann » à Paris puis à Londres. Depuis il est plus réticent a accepté des contrats et a dans l'idée de détruire tous les serpents qui lui tombent sous la main…

 

Amar

Le "Furieux" ou le "Brujah au teint sombre"

Sire : Hocine

Statut : Respecté par les Anarchs
Fonction : Brise le mythe de l’Assamite

Génération : 12e
Nature : Battant

Attitude : Brute

Description : Figure emblématique des Anarchs sans pour autant être cité comme le plus représentatif d’entre eux. Loin de suivre la voie du Sang mais tout aussi loin de suivre la voie de l’humanité, il a épousé la voie de la nuit chose assez rare dans ce clan bien que cela ne dénote que peu avec l’image que l’ont peu avoir des Assamites. Le visage légèrement asymétrique un nez protubérant et des lèvres très fine presque inexistante.

Historique : Un nouveau né étreint il y a quelques années pour son manque d’humanité et son orientation à la violence facile. Issu de l’immigration et on ne peux plus haineux de ce pays qui lui a pris son père et ses deux frères. Il faisait parti des activistes Islamistes avant d’être étreint et relâché par un Assamite du Sabbat apparemment. Mais il fut remarqué par Diaz qui la placé sous sa protection tout en le laissant infiltrer la cause Anarch. Il passe maintenant pour l’un des leurs bien que sa facilité à entrer en frénésie laisse penser qu’il est du clan Brujah.

Partager cet article

Repost 0
Published by MaeL - dans MDT - Londres
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Maelkavian
  • Maelkavian
  • : Mes aides de jeux et créations.
  • Contact

Recherche