Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 10:38

lanceasanctum

Pour les membres de la Lancea Sancrum, les autoproclamés hérauts de la moralité non vivante, leur origine définit tout ce qu'ils sont et tout ce qu'ils font. En fait, leur surnom moderne de «Bénis» par lequel on désigne parfois la ligue, fait enrager beaucoup d'anciens et de traditionalistes qui préfèrent qu'on utilise le latin «Lancea Sanctum» pour désigner leur ligue. lis sont, bien sûr, le pilier religieux et même moral de la Famille, mais aussi ses prêtres et inquisiteurs auto-désignés. Étant les plus inhumains parmi une race inhumaine, ils exaltent le rôle de prédateur. Universellement respectée, mais tout aussi crainte, cette ligue recherche toujours le pouvoir sur tous les autres vampires, non pas d'un point de vue politique, comme l'lnvictus, mais afin de faire respecter les dictats, attitudes et idées qu'ils pensent leur avoir été transmis par leur fondateur Longinus, et par extension, par Dieu lui-même.

Le catéchisme de la Lancea Sanctum dit qu'ils sont les descendants idéologiques d'un centurion romain qui a utilisé sa lance pour piquer le Christ sur la croix. Selon le dogme de la ligue, un peu du sang du Christ tomba sur le soldat, et ce sang lui donna la vie éternelle. 11portait aussi en lui un châtiment éternel, et bien que l'acte de Longinus révèle la divinité du Christ, il soulignait aussi un manque de foi du soldat. Après cela, Longinus fut condamné à vivre éternellement, mais il ne pouvait marcher que la nuit et ne subsister que grâce au même sang qui avait provoqué sa perte. Ce mythe de création s'est fondu dans la philosophie de la ligue, devenant une sorte de «péché originel» des vampires, mais Dieu leur permet d'exister, et les charge même de représenter ce qu'on risque à encourir Son divin courroux.

 

Aperçu

Une des différences fondamentales entre la Lancea Sanctum et l'lnvictus est que les membres de l'lnvictus veulent diriger tous les autres vampires, alors que les membres de la Lancea Sanctum pensent que leur ligue règne déjà sur tout ce qui importe réellement. Le fait que ses membres revendiquent la suprématie dans moins de domaines que l'lnvictus n'est pas un problème. Ils parlent au nom de Dieu et représentent le pinacle de ce que les vampires devraient être. Alors, au final, le véritable pouvoir est clairement entre leurs mains. Si l'lnvictus représente la noblesse et l'aristocratie, alors les Bénis sont les prêtres, les évêques, les paladins et les conseillers religieux et spirituels. (Les membres de l'lnvictus appellent parfois la Lancea Sanctum «Deuxième État», selon leur propre surnom métaphorique de «Premier État»,

références aux États historiques des mortels, où le reste de la population représentait le Tiers État).

La plupart des membres de la ligue prennent leur rôle de guides religieux pour leurs pairs vampires très au sérieux. Beaucoup de Damnés (la Lancea Sanctum préfère ce terme plus ancien et sévère à celui plus récenr de Famille) conseillent les princes et autres dirigeants sur les questions religieuses ou éthiques. Ils discutent des ramifications théologiques d'une décision, et montrent comment une action envisagée ou un crime supposé viole ou non les Traditions telles qu'elles ont été interprétées par Longinus. Certains membres de la Lancea Sanctum vont encore plus loin, conseillant les plus jeunes Bénis sur ce que cela signifie d'être un vampire, les instruisant sur la mythologie et la spiritualité de leur race, ou même leur apprenant comment être de meilleurs prédateurs. Ceci, pensent-ils, est une part de leur charge ainsi que l'a décrété leur fondateur, pour s'assurer que tous les fidèles comprennent bien leur rôle dans la création divine.

Si c'était là tout ce que faisait la Lancea Sanctum, il serait peu probable qu'elle ait cette terrible réputation qu'elle a pourtant acquise. Les Bénis sont déterminés à ce que tous leurs frères et soeurs suivent les préceptes de Longinus. Et plus précisément encore, qu'ils suivent les interprétations que fait la Lancea Sanctum de ces lois. La ligue ne fait pas que conseiller, elle fait aussi respecter ses avis. Ces membres ne font pas que prier, ils exigent. Les Membres de cette faction sont connus pour leur zèle, non seulement parce que Longinus lui-même a été maudit par Dieu, mais aussi parce qu'ils affirment que la violence et les bains de sang sont des moyens acceptables de conversion.

La Lancea Sanctum n'est pourtant pas stupide dans sa dévotion aux principes de la ligue ou, du moins, une partie de ses membres ne l'est pas. La violence n'est pas forcément son premier choix. Il est bien mieux de convaincre les autres vampires de la sagesse et de la justesse de leur cause, que de couper en morceaux un frère ou une sœur potentiel. La ligue ne souhaite pas non plus épuiser ses propres rangs dans des conflits inutiles ou vains. Dans les domaines où d'autres ligues détiennent visiblement le pouvoir, la Lancea Sanctum conseille les dirigeants actuels dans l'espoir à la fois d'orienter leurs décisions et de gagner du statut. Elle parcourt aussi les rues, pour transmettre aux autres vampires son message, cherchant du soutien pour ses futures activités. Les Bénis sont aussi patients qu'un culte de non-vivants peut se permettre de l'être. La violence n'est pas proscrite, mais il ne faut pas non plus y recourir à la légère. Toutefois, quand la Lancea Sanctum a décidé qu'une effusion de sang est le meilleur moyen d'atteindre un objectif, que Dieu ait en Sa miséricorde quiconque se dressera sur son chemin.

Bien sûr, aussi effrayés que soient la plupart des vampires par la Lancea Sanctum, ils peuvent se réconforter en pensant qu'elle est encore pire avec les mortels. Les Bénis ont la réputation d'être des vampires dans le vrai sens du terme. Ils ne sont pas des vandales sans esprit, assoiffés de sang comme les pires des non liés. Pas plus qu'ils ne sont des généraux de l'lnvictus d'autrefois, envoyant des suivants à la mort d'un simple mot. Non, les Bénis sont effrayants parce qu'ils sont très pragmatiques envers leur nature de vampire, voire respectueux.

Depuis les nuits de la fondation de la ligue, après la malédiction de Longinus, un précepte des plus fondamentaux spécifie que les vrais Bénis doivent pleinement accepter le fait qu'ils ne sont plus mortels. Les vampires occupent un rang supérieur.

Ils sont des prédateurs, se nourrissant des mortels tout comme ces derniers le font avec le bétail. Pour suivre les enseignements de Longinus et la volonté du Tout Puissant, un Béni doit être un prédateur et ne jamais prétendre faire encore partie du troupeau d'où il provient. La Lancea Sanctum n'aime pas particulièrement la cruauté (enfin, pas la majorité de ses membres), pas plus que ses croyances ou lois ne lui permettent de tels actes gratuits. Elle traite simplement ses proies comme des animaux, et cette froide implacabilité est bien plus perturbante que tout autre accès aléatoire de cruauté.

 

TIRÉ DU TESTAMENT DE LONGINUS

Un: Bien que vous soyez Damnés, votre Damnation a un but. C'est la volonté de Dieu que vous soyez ce que vous êtes, et la volonté de Dieu est que les Damnés existent afin de montrer ce qu'on encourt à se détourner de lui. Le Mal devient Damné. Dieu a appelé à Ses côtés ceux dignes de Son amour.

Deux: Ce que vous étiez autrefois n'est plus ce que vous êtes maintenant. Tout comme les mortels sont des moutons, les Damnés sont des loups en leur sein. Ce rôle est défini par leur nature, les loups se nourrissent de leurs proies, mais ne sont pas cruels avec elles. Le rôle de prédateur est naturel, même si le prédateur ne l'est pas.

Trois: Une hiérarchie ordonnée existe. Tout comme l'homme est au-dessus de l'animal, le Damné est au-dessus de l'homme. Notre nombre est moindre afin que notre tâche soit mieux accomplie.

Quatre: Avec les pouvoirs de la Damnation viennent les limites. Les Damnés se cachent parmi ceux qui conservent l'amour de Dieu, ne se montrant que pour être Terreur. Les Damnés ne doivent pas créer d'autres comme eux, car juger une âme n'appartient qu'à Dieu. Les Damnés souffriront encore plus s'ils devaient tuer un des leurs et lui arracher son âme.

Cinq: Notre corps n'est pas nôtre. Notre but est de servir, et quand nous nous en éloignons, nous devons être châtiés. La lumière du soleil brûle, les flammes purifient la chair du mal. Le goût de toute nourriture autre que la vita= est celui de la cendre sur notre langue.

 

Membres

Contrairement à l'lnvictus qui attire davantage les anciens que les jeunes, ou l'inverse pour les Cartien, la Lancea Sanctum a un attrait égal pour les vampires de tout âge. Mais ce que recherche un ancien dans la ligue, toutefois, n'est souvent pas la même chose que ce qui intéresse un nouveau-né. Beaucoup d'anciens rejoignent la ligue pour des raisons religieuses ou spirituelles. Certains vont vers les Bénis en quête d'illumination ou de compréhension. Ils marchent sur cette terre depuis plusieurs vies mortelles, et viennent voir si eux, ou leur race, ont un dessein supérieur. Ils croient que Dieu devait avoir une raison de les créer tels qu'ils sont, et que la philosophie de Longinus leur propose au moins cinq petits pas sur la voie qui mène à des réponses. D'autres rejoignent la ligue non pour trouver des réponses, mais pour les faire connaître aux autres. Les fanatiques religieux croient souvent que le monde serait meilleur si tout le monde adoptait leur façon de penser, et ces zélotes ne sont pas des exceptions dans la Lancea Sanctum. Beaucoup d'anciens rejoignent ou restent avec les Bénis, non pour leur propre bien, mais pour celui des autres. Ils voudraient que tous les vampires partout dans le monde comprennent ce qu'ils doivent être et ce qu'ils ont à faire. Alors, tout ira mieux, et si certains doivent souffrir ou mourir en cours de route, ce sera pour la meilleure des causes.

Bien sûr, ce serait pure folie de dire que tous les Bénis qui veulent la conversion de leur race le font pour des raisons altruistes. Certains ne veulent convertir leurs frères et sœurs que pour augmenter leur propre statut. Sûrement que Dieu, ou au moins leurs supérieurs de la ligue, sauront les en récompenser. Tout ce qu'ils ont à faire est de s'en montrer dignes en convertissant quelques incroyants.

La majorité des jeunes vampires attirés par la ligue ne sont guidés par aucune croyance religieuse profonde, mais plutôt par un manque de convictions personnelles ou affirmation de soi. La Lancea Sanctum, plus que toute autre ligue (à la possible exception du Cercle de la Sorcière) permet et même demande à ses membres d'accepter ce qu'ils sont.

Pour un nouveau-né désorienté par cette nouvelle existence si différente de l'ancienne et qui recherche non seulement un foyer mais aussi des réponses à ses « Pourquoi ? », et « Comment? », peu de choses sont aussi réconfortantes que de s'entendre dire qu'il est acceptable d'être un monstre. Même si le nouveau venu ne devient pas croyant immédiatement, le fait qu'on lui affirme qu'il est devenu quelque chose de plus grand qu'auparavant est rassurant dans une non-vie autrement ponctuée par de nouvelles et étranges pulsions.

Évidemment, ce ne sont que des généralités, pas des règles absolues. Beaucoup de nouveau-nés rejoignent la ligue parce qu'ils ont déjà certaines convictions religieuses, et des anciens recherchent le sentiment d'appartenance qui attire les plus jeunes. Et, bien sûr, des Bénis de tout âge se joignent à la ligue par ambition, l'avancement étant souvent plus facile dans cette ligue que dans les autres.

On demande aux nouveaux membres de la ligue de faire de nombreux gestes d'engagements envers Longinus, Dieu et les missions de la ligue. Ils participent à de nombreux rituels et rites, et subissent des épreuves pour tester leur endurance et leur foi. Ces épreuves vont de la torture aux débats idéologiques.

Ces tests ne sont pas forcément utilisés pour déterminer si quelqu'un peut ou non rejoindre la ligue, mais ceux qui s'en sortent bien gagnent le respect de leurs nouveaux pairs.

Ceux qui font moins bonne figure font ensuite face à des mois, voire des années, de dérision et de moquerie, souvent suffisants pour faire partir quelqu'un.

 

Philosophie

La Lancea Sanctum croit vraiment que ses membres sont des Élus de Dieu. Les Bénis ne sont pas forcément supérieurs aux autres vampires, mais s'élèvent en acceptant sans réserve les enseignements de Longinus. Une nuit, tous les vampires vénéreront Dieu et Longinus comme le font les Bénis. La Lancea Sanctum prétend qu'il est du devoir de tous les Bénis d'accélérer la venue de cette nuit. Aussi, ils doivent constamment recourir au prosélytisme, continuant de tenter de convertir quelqu'un bien après que d'autres ligues aient abandonné pour trouver une autre cible.

Longinus lui-même occupe la position du Noir Prophète. Bien qu'il ne soit pas le « Premier des non-vivants » selon les croyances de la ligue, il a certainement été le premier à être autre chose qu'un montre ou qu'un animal. Avec Longinus arriva un code éthique. Le fait d'avoir piqué le Christ de sa lance est bien plus important que l'homme ou le vampire, les apports de Longinus viennent après cet acte, et non l'inverse. Il est un «absorbeur de péché», représentant le mal que commet l'homme par manque de foi, et sa punition est un juste châtiment.

Cette philosophie entraîne une étrange dichotomie dans les croyances qui rivalise avec celles des plus extrémistes et même bizarres des religions mortelles. Les préceptes philosophiques que suivent les membres de la Lancea Sanctum, ou du moins ceux qui croient réellement en ce qu'ils font, semblent presque se rejeter les uns les autres. Pourtant la ligue est parvenue à les concilier pendant des siècles, voire des millénaires.

 

Commandements et Traditions

La première et plus importante règle que la Lancea Sanctum observe est que les Traditions sont absolues et inviolables en général. La ligue cherche à encourager la société vampirique à adhérer fortement à ces préceptes, car ce n'est qu'ainsi que la Lancea Sanctum pourra honorer son fondateur et amener les autres non-vivants à mieux le comprendre. Toutefois, la plupart des Bénis sont pragmatiques, et leurs dirigeants savent que la ligue ne réussira jamais à remplir sa mission divine s'ils se permettent d'être faibles. Les Bénis Étreignent donc des infants, bien que cela aille à l'encontre des traditions. Ils préfèrent convertir les autres quand cela est possible, mais ils savent que la ligue va s'atrophier si on n'y infuse pas du sang neuf à l'occasion. De même, la Lancea Sanctum n'hésite pas à éliminer ceux qui menacent ces buts (encore une fois, les Bénis préfèrent convertir, ou circonvenir de tels ennemis quand cela est possible). Toutefois, le meurtre est permis car la ligue ne pourrait pas survivre sans cela. Assez étrangement, les vrais croyants parmi la Lancea Sanctum n'affirment pas qu'ils sont exemptés des traditions qu'ils violent. Au lieu de cela, ils affirment qu'ils encourent volontairement le courroux divin pour le bien de la communauté, comme la malédiction de Longinus après qu'il ait blessé le Christ, blessure qui a prouvé Sa nature divine. Ils acceptent tout châtiment mérité par leurs actes.

La Lancea Sanctum ne décidera toutefois pas de violer la Tradition du secret, en tout cas pas pour laisser les mortels découvrir ce que sont exactement les vampires. Les membres de la ligue comprennent aussi bien que les autres l'importance vitale de la Mascarade pour la survie de leur race, et donc l'accomplissement de leur mission divine. Bien sûr, des membres violents ont pris très à cœur les préceptes philosophiques de leur supériorité sur le bétail et considèrent que tuer tous les témoins d'un acte vampirique est un moyen acceptable de garder le secret. Les dirigeants de la ligue froncent les sourcils devant un tel comportement et sont connus pour avoir châtié ou disposé d'un Béni qui attirait trop l'attention. Ils savent toutefois que tenter de contenir les plus jeunes diminuerait beaucoup leur taux de recrutement, quand bien même ils y parviendraient. Ainsi, ils serrent les dents et font de leur mieux pour nettoyer derrière les infants insouciants.

 

Conseils

Tous les Bénis sont dignes d'être guidés spirituellement. Les vrais croyants en la cause de la ligue ne tournent jamais le dos à un vampire, quelle que soit son affiliation, s'il recherche de l'aide ou des conseils en matière de religion. En fait, les règles de la ligue interdisent aux membres de refuser une telle demande. Évidemment, certaines interprétations sont possibles. Un Béni n'est pas tenu d'accueillir à bras ouverts dans son refuge un ennemi déclaré, pas plus qu'il ne doit s'arrêter au milieu d'une fusillade pour réconforter un compagnon qui traverse une période de doute religieux. Toutefois, quand cela est possible, le Lancea Sanctum sert de prêtre et conseiller à toute la communauté, et c'est ainsi que le groupe gagne beaucoup de ses plus fervents adhérents. Même si une conversion n'est pas envisageable, la ligue pense que procurer son aide ne peut que rapprocher les autres vampires de Dieu.

 

Conversion

Ceux qui ne veulent pas ouvrir volontairement les yeux doivent être contraints de le faire. La violence n'est jamais la première option, mais si un non-vivant refuse de rejoindre la Lancea Sanctum, et que cette dernière pense qu'elle peut le faire sans mettre en danger son propre statut, elle n'a aucun scrupule à faire couler le sang. À strictement parler, la conversion par l'épée est impossible. Un vampire peut facilement prétendre se convertir puis fuir à la première occasion. Ceux qui ne sont pas tués peuvent se permettent d'attendre d'avoir leur chance. Dans les régions où la ligue domine, la Lancea Sanctum peut se permettre de faire respecter ses lois et ses traditions avec les punitions les plus sévères et horribles.

Les autres vampires du territoire peuvent ne pas croire à ce que prêche la Lancea Sanctum, mais que Dieu leur en soit témoin, ils feront comme si c'était le cas! Et quand ils auront été forcés de se comporter comme des Bénis pendant assez longtemps, peut-être verront-ils la sagesse d'un tel style de non-vie.

 

Rituels et observances

Peu d'organisations, qu'elles soient mortelles ou vampiriques, peuvent rivaliser avec la Lancea Sanctum en ce qui concerne la quantité de rituels. Première faction religieuse parmi les non-vivants, les Bénis ont un rite, une observance ou une tradition pour beaucoup d'aspects du Requiem. Il serait impossible, même en y consacrant tout un livre, de les décrire tous. Ce qui est présenté ici n'est qu'une petite sélection de certains des plus importants ou communs de ces rites et traditions. Il est important de noter que bien que ces pratiques sont observées où que se trouvent les Bénis, elles diffèrent dans les détails d'un domaine à un autre, ou même d'une coterie à une autre. Comme toute cérémonie religieuse, elles sont définies aussi bien par la façon de les accomplir que par leur signification. Les spécificités indiquées ici sont des normes, mais pas forcément universelles. Notez que l'utilisation du terme «prêtre» dans ces descriptions indique une position officielle, à ne pas confondre avec le fait que tout Béni peut «servir de prêtre» à ses frères et sœurs.

 

La Sorcellerie Thébaine

À entendre la Lancea Sanctum, ses membres sont capables de rien de moins que d'accomplir des miracles. En vérité, les Bénis possèdent une forme puissante de magie spirituelle, et savoir s'ils accomplissent de vrais miracles est sujet à débat. À un moment donné après la formation de la ligue, vers le Vième siècle paraît-il, quelques-uns des membres suivirent une armée romaine jusqu'à Thèbes (« Thebias » selon des fragments d'un journal qu'on suppose écrit pendant cette marche). Là, une légion de soldats chrétiens fut constituée en enrôlant la population locale. Quand les membres de cette ligue accompagnèrent la légion thébaine lors de sa marche sur la Gaule, l'un des leurs amena avec lui les secrets de cette magie, qu'il dit avoir appris d'un ange pendant le voyage. Depuis cette nuit, la ligue étudie et pratique cette sorcellerie, qu'elle utilise pour démontrer son pouvoir, «prouver» qu'elle a été élue, et punir ceux qui transgressent ces lois.

 

Rite de création

L'introduction d'un nouvel infant dans le Requiem est un événement très important pour les Bénis. D'un côté, cela symbolise la croissance continuelle de leur ligue et la naissance d'un autre disciple de leur foi. De l'autre, c'est une violation des mêmes Traditions que la Lancea Sanctum a juré de faire respecter. Aussi le rite de création est une combinaison de célébration de la venue d'un nouvel infant et d'un acte de pénitence pour son père. Il doit être accompli aussi rapidement que raisonnablement possible après l'Étreinte de l'infant, idéalement au moment même de cette Étreinte.

Un prêtre, ou tout autre membre important de la Lancea Sanctum conduit le rite, qui implique beaucoup de prières et de litanies récitées par le prêtre et le père. L'infant est alors oint (voir plus loin) et béni avec un tison brûlant. Le tison ne touche pas réellement la chair de l'infant. À la place, le prêtre le balance au-dessus de lui, un peu comme lors d'un baptême chrétien. Le père, toutefois, est exposé au tison, qui est posé sur sa poitrine. Le contact ne dure qu'un instant, mais crier ou sombrer dans la frénésie est honteux. Après l'accomplissement du rite, l'infant est considéré comme un vrai Béni, et un infant dont le père se comporte bien se voit accorder plus de respect que quand ce n'est pas le cas. Il existe de multiples variantes de ce rite, et peu de coteries ou de domaines de la Lancea Sanctum le pratiquent exactement de la même façon. Certains rites de création impliquent que le père s'expose au soleil levant ou se flagelle toute une nuit avec un fouet barbelé. Dans une variante particulièrement dangereuse, l'infant, après avoir été béni, plante un pieu dans le coeur de son père avant de mettre le feu à l'une de ses extrémités. Le but est que l'infant laisse son père brûler juste assez pour laisser une blessure, mais qu'il éteigne le feu à temps pour que son père ne risque pas la Mort Ultime. Si l'infant s'en sort bien, le père est loué pour son bon choix. Si l'infant échoue, le père n'est en général plus concerné par ce qu'on peut dire à son sujet.

 

Onction / bains de sang

Utilisée dès qu'un Béni accède à un nouveau rang ou position, l'onction, qui doit être conduite par un prêtre ou un officiel reconnu de la ligue, n'implique guère plus que la récitation de quelques litanies, une série de réponses formelles du suppliant, et le tracé d'un des nombreux symboles religieux sur sa tête. Le dessin est fait avec du sang, et le suppliant ne doit pas le laver avant la nuit suivante (ceux qui viennent d'être oints ne vont pas souvent se promener au milieu du bétail). Cette cérémonie est la raison pour laquelle beaucoup d'officiels et d'agents de la ligue sont appelés collectivement, les Oints.

 

Messe de Minuit

Célébrée par l'un des plus élevés membres des Lancea Sanctum d'une ville, une messe de minuit est exactement ce que son nom suggère: un office et des prières à Dieu au plus noir de la nuit. Certains domaines de Bénis très dévots ont plusieurs messes par semaine, alors que dans la plupart des autres villes des Bénis, elle a lieu une ou deux fois par mois. Tous les membres de la ligue de la région sont supposés y assister, au moins de façon semi-régulière. Beaucoup d'autres cérémonies, rites et célébrations, incluant les rites de création et les onctions, ont lieu pendant ces offices.

 

Autres

Parmi les douzaines, si ce n'est centaines, d'autres rites non présentés ici se trouvent la Danse du Feu (une cérémonie populaire parmi les jeunes bénis pendant laquelle ils dansent autour ou même à travers le feu pour prouver qu'ils peuvent dominer leurs faiblesses vampiriques), les Mystères (une fête de célébration et de remerciement annuelle à laquelle tous les bénis locaux sont supposés participer), les rites d'acceptation et d'allégeance (les épreuves et les serments quand on rejoint la ligue ou une coterie particulière). En plus de ces rites qui sont plus ou moins universels, les domaines et mêmes les coteries ont souvent leurs propres rites, développés localement et non partagés avec le reste de la faction.

 

Titres et devoirs

Comme pour l'Invictus, beaucoup de titres de la Lancea Sanctum recoupent ceux de positions officielles, mais ce n'est pas le cas de tous, et ces titres, s'ils sont répandus, ont souvent leur propre signification.

 

Évêque

Le leader religieux de la Lancea Sanctum dans un domaine est appelé l'évêque. Le prince peut bien diriger la ville, mais l'évêque est la plus haute autorité en ce qui concerne la Lancea Sanctum. Beaucoup d'évêques ont d'autres positions dans la structure de pouvoir d'une ville (comme régent, sénéchal ou conseiller) même si la Lancea Sanctum ne domine pas, car beaucoup de princes sont assez sages pour reconnaître le pouvoir non négligeable que détient un évêque. Les devoirs d'un évêque incluent ceux d'un prêtre, mais il est aussi responsable de gérer les activités locales de la ligue.

 

Archevêque

C'est tout simplement le titre que la plupart des princes Bénis choisissent pour se désigner, car archevêque correspond plus à la mentalité de la Lancea Sanctum que le titre laïc de prince. Généralement, l'archevêque n'est pas évêque, car la responsabilité de gérer une ville ne lui laisserait pas le temps d'accomplir ses devoirs religieux. L'archevêque est malgré tout d'un rang plus élevé que l'évêque. Aussi, il peut passer outre ce dernier s'il l'estime nécessaire.

 

Cardinal

Dans les villes où un seul dirigeant est assez puissant pour être à la fois archevêque et évêque, il choisit souvent de prendre le titre de cardinal. «Cardinal» n'est pas un titre «formel» de la ligue comme le sont les deux autres, c'est juste une façon vantarde de dire «j'ai plus de pouvoir que les deux réunis. Qui osera me défier ?»

 

Prêtre

Le prêtre est un Béni chargé de l'enseignement spirituel aux autres vampires et de les guider. Certains prêtres servent comme conseillers dans le gouvernement local. D'autres servent de prêtres dans une coterie spécifique (et beaucoup de coteries en ont un dès qu'elles dépassent trois membres). Cette position est généralement informelle, mais à l'occasion elle se voit reconnue officiellement par des dirigeants de la Lancea Sanctum.

 

Inquisiteur

 

Ne répondant qu'à un évêque ou un archevêque, un inquisiteur est responsable de la traque des hérésies, des désobéissances et des trahisons au sein de la ligue. Il a le pouvoir d'enquêter sur tout et tout le monde, et tout vampire sage le craint. Bien qu'il soit techniquement d'un rang inférieur, son autorité quand il mène une enquête est pratiquement absolue. Dans les cités où un préfet est présent, les deux sont souvent en conflit. Si un inquisiteur n'est pas soutenu par le prince local, il a intérêt à être prudent quand il entre en relation avec les autres ligues. L'inquisiteur peut se retrouver isolé quand il accuse ou poursuit des vampires d'autres ligues.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by MaeL - dans Vampire
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Maelkavian
  • Maelkavian
  • : Mes aides de jeux et créations.
  • Contact

Recherche